Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

jeudi 28 octobre 2010

La Voie Lactée

Nous vivons dans l'un des bras d'une vaste galaxie en spirale appelée la Voie Lactée. Le Soleil et ses planètes (dont la Terre) se trouvent dans cette partie paisible de la galaxie, à mi-chemin du centre.
 
 
Afficher l'image d'origine
 
 
Afficher l'image d'origine
La Voie Lactée a la forme d'une gigantesque spirale qui tourne une fois tous les 200 millions d'années. Elle est composée d'au moins 100 milliards d'étoiles ainsi que de poussière et de gaz. Elle est si grande que la lumière met 100.000 années pour la traverser.
 
 
Afficher l'image d'origine
 
Le centre de la Galaxie est difficile à observer à cause des nuages de gaz et de poussière qui nous bouchent la vue. Les scientifiques pensent qu'elle renferme un trou noir super massif qui avale tout ce qui passe à sa portée.
 
Afficher l'image d'origine
 
A l'extérieur de la spirale principale, on trouve environ 200 amas d'étoiles en forme de balle. Chaque 'amas globulaire' est très ancien et contient jusqu'à un million d'étoiles. La Voie Lactée appartient à un amas d'au moins 40 galaxies. Ce 'Groupe Local' comporte deux grandes galaxies en spirale – la Voie Lactée et Andromède.
Les autres sont bien plus petites. Elles incluent deux galaxies que l'on peut observer à l'oeil nu dans les pays au sud de l'équateur. Ce sont les galaxies des Nuages de Magellan, baptisées d'après le nom de l'explorateur portugais Ferdinand Magellan.

mercredi 20 octobre 2010

Le Quetzal


Bijou des forêts tropicales d'Amérique Centrale, oiseau resplendissant et mythique, oiseau emblème, oiseau du paradis, le Quetzal ou couroucou royal est un oiseau en voie de disparition. Oiseau d’une grande beauté, le quetzal est recherché pour ses magnifiques plumes colorées : c'est d'ailleurs la couleur rouge de sa gorge qui contraste de façon éclatante avec le vert émeraude du reste de son corps. Son nom est emprunté pour désigner le dieu Mexicain Quetzalcoatl qui signifie serpent à plumes. Pour les Mayas et les Aztèques, c´est un oiseau sacré, et à cette époque, tuer un quetzal était passible de la peine de mort. Il symbolise la liberté : il ne peut en effet survivre en captivité. Emblème du Guatemala, qui a d'ailleurs donné son nom à sa monnaie, le Quetzal a pratiquement disparu des forêts guatémaltèques. Et c'est au Costa Rica qu'on en trouve une sous-espèce.
Aujourd’hui, le quetzal vit en populations réduites dans quelques parcs protégés.


On reconnait le mâle grâce à la tête au plumage vert éclatant, la zone rubis plus accentuée et une longue queue.

Outre la chasse directe, le quetzal est victime de la destruction des forêts, son unique milieu naturel. Il niche dans des trous d'arbres élevés, à la manière des pics et des perroquets.
Sa nourriture consiste en insectes et mollusques mais surtout en baies de certaines lauracées. Lorsque le quetzal mâle vole, les longues plumes de sa queue flottent à la traîne, comme des banderoles du plus bel effet.
Longueur du corps : 25 à 30 cm. Longueur de la queue : jusqu'à 60 cm.

vendredi 15 octobre 2010

Les Pygmées, un peuple en danger

De tous temps, les Pygmées ont été considérés comme une population marginale, un groupe d'individus en situation d'infériorité par rapport aux groupes dominants qui, plus ou moins volontairement, les excluent de la participation entière à la vie sociale. 

Poussée aujourd'hui à l'extrême, bafouant les droits élémentaires des populations Pygmées, les privant de statut social et d'identité juridique, cette marginalisation met en péril la survie de ce peuple et de son patrimoine culturel. 

Enfants Pygmées Bagyeli
Durant la colonisation, tant allemande que française, les Pygmées ont été traités comme une simple curiosité humaine et touristique. 

Jugées zones inutiles et sans intérêt, les régions qu'ils occupaient ont été systématiquement exclues des actions d'équipement et de modernisation. 

Une image réductrice et dévalorisante du peuple Pygmée s'est installée, avec son lot de préjugés : archaïsme, résidualité, paresse, instabilité et nomadisme chronique. 
La démarcation entre les Pygmées et les autres populations est nette. Ils sont présentés comme le degré zéro de l'humanité, des non citoyens sans identité sociale et juridique, sans droits civiques ni capacités politiques. 

Mais la marginalisation des Pygmées s'est surtout nourrie de la domination et de l'asservissement exercés par leurs voisins Bantous. 
A la fois pacifiques et conflictuelles, les relations entre les deux groupes sont anciennes, complexes, empreintes de complémentarité et de répulsion, de coopération et de rejet. 
Les Bantous contrôlent l'ensemble des circuits d'échange et de collaboration. Le système ancien d'alliance, fondé sur le troc et la réciprocité des services, s'est transformé en système d'exploitation, d'autoritarisme et d'asservissement. 
On n'hésite pas à parler d'esclaves pour les Pygmées et de patrons pour les Bantous, ces derniers ne considérant plus leurs voisins que comme une main d'œuvre servile à leur disposition. 

jeudi 14 octobre 2010

Les derniers hommes de la forêt amazonienne.

Cette vidéo parle des derniers Indiens Zoé qui vivent en harmonie avec la forêt amazonienne brésilienne.

mardi 12 octobre 2010

Dingo Fence, la plus longue clôture du monde.

La "Dingo ou Dog Fence" qui est la Grande Barrière et la plus longue clôture du monde de 9600 km, a été construite pour garder les moutons à l'abri du chien local australien, le dingo, chien retourné à l’état sauvage. Elle mesure 1.80 m de haut et s'enfonce de 30 cm dans le sol. Le dingo a des oreilles dressées des poils courts et souvent jaunâtres mais parfois blancs, noirs, bruns,rouilles ou noir et feu.. Grâce à des tests scientifiques effectués, on sait que ces différences de couleurs sont normales chez le Dingo. Environ 85% sont de couleur jaune ou crème environ 2% sont blancs et 4 ou 5% sont noirs ou noirs et feu. Il n’y à pas de couleurs spécifiques correspondant à une zone géographique déterminée. Certains ont des taches blanches. La queue est touffue, les oreilles dressées et le museau pointu, sa taille est intermédiaire entre celle du loup et du chacal, soit environ 1,20m de longueur et 50cm de hauteur au garrot .
Le dingo n’aboit pas, il vit seul ou en bandes familiales et représente parfois un vrai fléau pour les éleveurs de bétail. Les dingos ne courent pas très vite, mais ils sont endurants et peuvent parcourir de longues distances. Ils poursuivent leur proie jusqu'à ce qu'elle tombe d'épuisement.
Les dingo sont des carnivores, mais ils mangent à peu prés de tout (insectes, rongeurs, végétaux,…). Leurs proies passent des kangourous et des wallabies aux lapins et aux moutons. Ils chassent seuls, en couple ou en groupe familial, mais rarement en meute. Il est prouvé qu'il existe un fort lien entre les couples de dingo.
Prolifiques, les dingos ont jusqu’à huit chiots par portée. Ils les mettent au monde dans des grottes. La mère allaite ses chiots pendant deux mois environ. Les jeunes dingos restent très longtemps avec leurs parents.
A l’origine, la Dingo Fence, cette fameuse "Rabbit Fence" a été construite, dans les années 1880, pour garder les lapins à l’extérieur de l’Australie du Sud et du Queensland. Ce fut alors un échec complet, les dunes, les lits de rivières, les marécages ainsi que les couches de glaise traversés par la Dingo Fence ayant rendu impossible la mission de ce dernier. De toutes façons, beaucoup de ces lapins avaient déjà émigré dans d’autres états, rendant le travail sur la Dingo Fence totalement inutile. La Dingo Fence était alors appelé à disparaître. Une équipe de personne est chargée de l’entretien de cette clôture.

dimanche 10 octobre 2010

Le cordyceps sinensis ou Le viagra de l’Himalaya.




Le cordyceps sinensis est la combinaison unique d'une chenille et d'un champignon qui pousse à l'état sauvage sur les hauts plateaux du Tibet et en Himalaya, à plus de 4000 mètres d'altitude. Réputé pour ses bienfaits sur le système immunitaire, il est aujourd'hui l'un des champignons les plus renommés de la médecine chinoise traditionnelle et négocié à prix d'or.

Le cordyceps tibétain, surnommé le "viagra de l’Himalaya", n’est plus seulement un revenu pour les populations de nomades tibétains mais aussi pour tout un réseau de commerçants qui voient en lui un produit encore plus lucratif que le ginseng. Sa demande croissante fait qu’il se négocie autour de 25 000 euros le kilo, plus cher que l’or !


Des hautes plaines de l’Himalaya aux plus grands laboratoires chinois de Hong Kong, en passant par les petits commerçants de pharmacopée d’Asie du Sud-Est, il se confirme une nouvelle ruée vers l’Or Brun. Il permettra également de découvrir ses conséquences sur la vie d’une population à la culture et aux pratiques uniques : véritable symbole de mutation des traditions, sa récolte représente déjà 50% de l’économie rurale du Tibet.
La société tibétaine est remodelée, les nomades se sédentarisent avec l’argent de la récolte et la course au profit pousse les laboratoires chinois et internationaux à isoler la cellule souche qui permettrait d’en faire un médicament bien moins onéreux.