Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

dimanche 14 février 2016

Le peuple inuit



Les Inuits sont les habitants autochtones de l'Arctique nord-américain, du détroit de Béring à l'est du Groenland, un territoire de plus de 6000 kilomètres. En plus de vivre dans l'Arctique canadien, les Inuits vivent aussi dans le nord de l'Alaska et le Groenland, et ont des parents proches en Russie. Ils sont unis par un patrimoine culturel commun et un langage commun. Jusqu’a récemment, les étrangers appelaient les Inuits «Eskimos».Maintenant, ils préfèrent leur propre terme «Inuit», qui signifie simplement «les gens». Il ya environ 40 000 Inuits au Canada.
Afficher l'image d'origine

Origines des Inuits

Selon les recherches archéologiques, les origines des Inuits proviennent du nord-ouest de l'Alaska. Ces premiers Inuits de l'Alaska ont vécu sur la côte et la toundra, où ils chassaient le phoque, le morse, la baleine et le caribou. Ils vivaient dans des maisons faites de bois flotté et de gazon, et parlait presque certainement une version antérieure de la langue inuit, l'inuktitut. Eux et leurs ancêtres ont été les premiers dans l'Arctique à devenir expert à la chasse aux gros mammifères marins, tels que la baleine boréale. La grande quantité de nourriture qui résulte d'une chasse couronnée de succès, même une petite baleine pouvait peser sept tonnes-signifie que leur mode de vie était plus riche et plus sûre que celui de beaucoup de chasseurs.
Afficher l'image d'origine

Les Inuits se déplacent vers l'Est

Il y a environ un millier d'années, ces premiers Inuits ont commencé à se répandre dans l'est de l'Arctique canadien. Après quelques centaines d'années, ils avaient remplacé les habitants primitifs de la région, un peuple aujourd'hui disparu connu sous le nom de Tunit. Cette migration des Inuits n'était pas un exode de masse unique, mais a probablement impliqué des dizaines de petits groupes de peut-être 20 ou 30 personnes qui se sont déplacés vers l'est à la recherche d'une vie meilleure. Un objectif particulier semble avoir été les zones de chasse riche en baleines autour de Baffin et les îles Somerset. Ici ils ont rapidement recréé ces grands villages baleiniers et ce mode de vie prospère qu'ils avaient laissée derrière, en Alaska. D'autres groupes installés dans les zones côtières sans grande ressources baleinières, vivaient dans les petits villages et dépendait principalement sur les phoques, les caribous et les poissons. Partout où ils allaient, les pionniers Inuits apportaient avec eux des maisons d'hiver en gazon épais ainsi que leurs techniques de chasse élaborées de leurs ancêtres de l'Alaska. 


Les Inuits et les Vikings

Vers l’an 1250, les premiers Inuits sont entré au Groenland par le détroit de Smith à l'extrémité nord de l'île. Ici, peut-être du côté canadien, ils ont d'abord rencontré des chasseurs médiévaux Norse («Viking») venant des colonies Norse du sud-ouest du Groenland,fondées par Éric le Rouge. Éventuellement, ces colonies vikings ont disparu, probablement dans les années 1400. Il existe différentes théories quant à leur disparition, mais la détérioration du climat a été l'une des raisons. La concurrence avec les Inuits, qui étaient beaucoup mieux adaptés à la vie arctique que les Vikings, pourrait aussi avoir été un facteur. A l'époque de l'exploration européenne tard au 16ème siècle, les Inuits étaient en possession exclusive de tout l'Arctique nord-américain.

Un climat plus froid

Ce même climat détériorant qui a sonné le glas de colonies ,vikings du Groenland, a également mis à rude épreuve l'économie des Inuits. Après l’année 1300 environ, les températures devenaient progressivement plus froides aboutissant à une petite ère glacière, autour de l’année1500. Des zones baleinières riches et importantes dans le Haut-Arctique ont été abandonnées et les habitants se sont déplacés vers le sud.
La chasse à la baleine boréale cessa d’être le centre de la vie des inuit pour la plupart du Canada et du Groenland (mais pas de l'Alaska). La vie en général est devenue plus dure et plus nomade. Les gens déplaçaient leurs camps et les villages plus fréquemment, et, dans de nombreuses régions, les anciennes maisons faites de gazon et de fanons ont été abandonnées au profit de maisons faites de blocs de neige. Elles étaient plus faciles à construire et elles pouvaient mise en place partout, même sur la mer gelée, et nécessitaient seulement une heure ou deux pour construire.

Contact avec les explorateurs

Le contact avec les explorateurs européens a également apporté des changements. Entre les voyages de Martin Frobisher dans les années 1570 et l'expédition de recherche de Franklin, disparu dans les années 1850, des dizaines d'expéditions dans l'Arctique partent généralement de l'Angleterre. La plupart d'entre elles étaient à la recherche d'un passage nord-ouest de l'Atlantique au Pacifique.
Dans un premier temps, les Européens ne voyaient pas l'Arctique comme un lieu de valeur en soi, mais plutôt comme un obstacle bloquant le chemin vers les fortunes lointaines. Au cours de leurs voyages à travers le nord, les explorateurs européens ont souvent rencontré des Inuits. Peu d'Européens ont été assez impartiaux pour penser qu'ils avaient quelque chose à apprendre des Inuits, mais ils ont tout de même fait du commerce et échanger des cadeaux. Les Inuits ont commencé à apprendre sur le monde extérieur et à apprécier ce qu'il avait à offrir. Les Européens leur ont apporté le fer, qu’ils ont apprécié pour la fabrication d'outils tels que les pointes de harpon et les lames de couteau.

Les baleiniers

Dans les années 1850, les Européens et les Américains ont commencé à apprécier la valeur commerciale des ressources animales de l'Arctique. L’industrie de la chasse à la baleine commerciale de l'Atlantique Nord, opérant à partir de la Grande-Bretagne et de la Nouvelle-Angleterre, a commencé des opérations à grande échelle dans ce que sont maintenant les eaux canadiennes, où ils ont tué des milliers de baleines. Ils ont embauché des centaines d'Inuits pour travailler sur leurs navires comme chasseurs et couturières. Une vaste et abondante gamme de produits manufacturés fait son entrée dans la société Inuit, des fusils et toiles de tentes aux baleiniers et la farine. Au même moment, les baleiniers du Pacifique, basé à San Francisco, étendaient leurs activités au nord par le détroit de Béring puis vers l'est le long de la côte de l'Alaska jusqu’à la rivière Mackenzie. En 1890, ils étaient bien établis à l'île Herschel. Compte tenu des distances beaucoup plus importantes, les baleiniers du Pacifique séjournaient régulièrement en territoire nordique pendant l'hiver. Des équipages pouvant allez jusqu’à 15 navires devenaient impliqués dans la vie locale des Inuits.

Maladie

En plus de biens manufacturés, les baleiniers ont apporté des maladies infectieuses. Les Inuits ne possédaient aucune immunité naturelle contre ces maladies et des centaines, voire des milliers, sont morts. La population des Inuits de l'Arctique de l'Ouest canadien (appelée Inuvialuit) est tombé d’approximativement 2000 à 2500 personnes en 1850, à 150 personnes en 1910.
En Orient, les effets de la maladie ont été plus sporadiques. Un groupe local, les Sadlirmiut de l'île Southampton, ont complètement disparu au cours de l'hiver 1902-1903. Ils ont attrapé la dysenterie, une maladie grave, des marins sur le navire baleinier écossais Active.

La Compagnie de la Baie d'Hudson, la police, et l'Eglise

En 1905, l'industrie baleinière était mourante car les stocks de baleines dans l'Arctique s’étaient presque totalement effondrés. De plus, les nouvelles inventions, comme un substitut synthétique remplaçant les fanons, ont forcé les baleiniers à se tourner vers d’autres moyens de gagner leurs vies, comme le commerce des fourrures. La Compagnie de la Baie d'Hudson et d’autres établissements commerciaux ont également commencé à prendre un intérêt actif dans le commerce de la fourrure au Nord. Au cours des dix années après la Première Guerre mondiale (1914-1918), le commerce des fourrures commerciales se déplaça vers le nord pour englober l'ensemble de l'Arctique. Avec le commerce des fourrures, il y a aussi eu la venue de la Gendarmerie royale du Canada et des Églises anglicane et catholique romaine.
En 1925, les Inuits étaient devenus des sujets, sinon presque des citoyens de l'État canadien. Sous les missionnaires, de nombreuses croyances et pratiques traditionnelles des Inuits ont disparu ou été oubliées. Les Inuits ont perdu le pouvoir sur leurs propres vies dans le début du XXe siècle. Beaucoup glissé dans une pauvreté extrême en raison des fluctuations du prix des fourrures, décidé à Londres ou New York.

Recolonisation

Il faut attendre après la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) pour que le gouvernement canadien commence à prendre un intérêt actif dans le bien-être des Inuits. Après avoir entendu les rapports sur la misère généralisée et même la famine, le gouvernement a commencé à fortement encourager les gens à abandonner leur mode de vie nomade. Il a encouragé un mode de vie sédentaire car cela semblait être le moyen le plus simple et le moins coûteux d'administrer l'aide sociale.
Les services gouvernementaux et les installations ont été considérablement élargis au sein de ces nouvelles colonies. Des logements peu dispendieux ont été mis à disponibilité et des écoles, des installations médicales, des aéroports et des magasins modernes ont été construits. De nouvelles communautés «micro-urbaines» commencent à voir le jour. Une population autrefois éparpillée à travers un territoire immense était désormais concentrée dans un petit nombre de communautés. Par le milieu des années 1960, presque tous les Inuits au Canada vivaient dans ces nouvelles colonies. Cela était loin d'être une solution idéale. Ne vivant plus vivre sur la terre, les Inuits sont devenus de plus en plus dépendants de l'aide sociale. Les possibilités d'emploi étaient très limitées. Les Inuits sont devenus presque entièrement dépendants de l'ensemble de la société extérieure.

La démocratie arrive dans l'Arctique

La démocratie est venue tard dans l'Arctique. À partir de 1966, le gouvernement fédéral d’Ottawa a créé des circonscriptions électorales fédérales dans certaines régions des Territoires du Nord-Ouest. En 1967, un commissaire résident des Territoires du Nord-Ouest a été nommé et de nombreux programmes fédéraux ont été transférés au nouveau gouvernement territorial. Par la fin des années 1970, le gouvernement territorial était devenu un organisme élu et représentatif.

La création du Nunavut

La bataille pour l'autonomie gouvernementale des Inuit date au moins des années 1960, quand les "Coop Eskimos" ont été établies dans la plupart des colonies de l'Arctique. Les coopératives ont aidé les Inuits à garder le contrôle sur la vente de leurs ventes. Ils ont également créé une concurrence à la Compagnie Baie d'Hudson, et donc contribué à maintenir le prix des fourrures et le coût des marchandises à la baisse.
Une étape importante vers l'autonomie gouvernementale a été prise en 1971, avec la fondation de la Confrérie des Inuits, aujourd'hui appelé Inuit Tapirisat du Canada. En 1976, les Inuits ont proposé la création d'un nouveau territoire appelé Nunavut («notre terre»). Le Nunavut serait constitué des parties centrale et orientale des Territoires du Nord-Ouest et elle représenterait une majorité de citoyens Inuits. La proposition du Nunavut comprenait également une revendication territoriale globale .En 1982, un plébiscite, ou vote du peuple, a appuyé la proposition du Nunavut, et, en 1992, un accord de principe a été accepté par 85 pour cent des électeurs Inuits. En mai 1993, l'Accord définitif du Nunavut a été signé, et le nouveau territoire du Nunavut a été proclamé le 1er avril 1999.

Autres Chemins vers l'autonomie gouvernementale

Les Inuits vivant à l'extérieur du Nunavut ont choisi différents chemins politiques. Les Inuvialuits, qui vivent le long de la côte de l'Arctique dans les Territoires du Nord-Ouest occidentaux, se sont depuis longtemps senti distincts des Inuits de l'Arctique orientale. Ils avaient accès aux riches réserves de pétrole et de gaz de la mer de Beaufort. Ils souhaitaient négocier leurs propres revendications territoriales terre et l'ont fait sous le Comité des droits des autochtones »(COPE). En 1984, ils ont signé la Convention définitive des Inuvialuit avec les gouvernements fédéral et territorial. Le gouvernement a établi la région désignée des Inuvialuit qui englobe une grande partie de l'Arctique occidental.
Plus tôt, en 1975, l'Association des Inuit du Nord québécois, maintenant la Société Makivik, ont signé le traité de la Baie James et du Nord québécois, établissant la propriété des terres de l’Arctique québécois aux Inuits ainsi que d’autres droits. Tant l’Association des Inuits du Nord québécois que la Convention définitive des Inuvialuit sont des revendications territoriales globales uniquement. Elles ne sont pas aussi grandes ou importantes que les revendications territoriales du Nunavut, qui comprend l'établissement d'un gouvernement public territorial.

L'avenir

A l'aube du 21ème siècle, les Inuits du Canada ont fait d'importants gains politiques. Ils possèdent collectivement une grande partie de l'Arctique, et profitent d’un pouvoir politique considérable au sein de leurs territoires. La création du Nunavut, en particulier, souligne le rôle important que joue les Inuits maintenant au Canada. Cependant, les difficultés fondamentales demeurent. Économiquement, l'Arctique est encore peu développé. Les possibilités d'emploi sont rares et les emplois sont souvent ingrats. Peu de gens ont l'éducation formelle ou des compétences nécessaires pour la très technique économie globale d’aujourd'hui.
Beaucoup se tournent vers une industrie touristique en pleine expansion pour la prospérité, mais cette solution n’est que partielle. L’exploitation minière et d'autres formes d'extraction des ressources sont des secteurs grandissants de l’économie, surtout maintenant que les revendications territoriales sont réglées. Dans la région des Inuvialuits, le développement des réserves de gaz dans la mer de Beaufort et des plans pour un pipeline ouest peuvent aider à alimenter la croissance économique. Au Nunavut, le diamant, l'or et les mines de métaux lourds offrent des possibilités d'emploi ainsi que des revenus. Cependant, comme beaucoup se rendent compte, une économie basée sur les matières premières est très vulnérable aux fluctuations des prix et à des problèmes environnementaux tels que la pollution par les métaux lourds (de mines) et la destruction environnementale causée par les routes et la construction du pipeline.
Heureusement, les Inuits sont une population jeune et dynamique et possèdent une longue tradition de surmonter les obstacles impossibles. Leurs objectifs sont de préserver le noyau de leur culture et d'atteindre un niveau de vie décent pour eux et leurs enfants. Leur histoire de résistance et de survie suggère qu'ils y parviendront.

Aucun commentaire: