Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

mercredi 11 juillet 2018

La colombe de la paix transformée en drone-espion

Les drones chinois sont capables de reproduire environ 90 % des mouvements d'un véritable pigeon comme celui-ci.
Les drones chinois sont capables de reproduire 
environ 90 % des mouvements d'un véritable
 pigeon comme celui-ci.


Le South China Morning Post, journal en langue anglaise basé à Hong Kong, affirme que la Chine utilise des drones pour surveiller sa population. Et attention, pas n’importe quels engins : des drones déguisés en pigeons pour mieux se dissimuler dans le paysage environnant.


Résultat de recherche d'images pour "drone pigeons chinois"



« L’idée peut sembler farfelue, mais les oiseaux robotiques sont une réalité, et la Chine les utilise pour surveiller les gens à travers le pays ». C’est ce qu’affirme le South China Morning Post, un journal de Hong Kong. Selon ce titre publié en langue anglais, plus de 30 agences militaires et gouvernementales chinoises auraient ainsi déployé des drones ressemblant à des oiseaux dans au moins cinq provinces au cours des dernières années.

Le quotidien affirme que la région autonome du Xinjiang, tout à l’ouest de la Chine, serait particulièrement ciblée. « Cette province, qui borde la Mongolie, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde, abrite une importante population musulmane et a longtemps été considérée par Pékin comme un foyer de séparatisme », souligne le South China Morning Post. En conséquence, la région et ses habitants ont été soumis à une surveillance accrue de la part du gouvernement chinois.

« Bon potentiel à grande échelle »
Ce nouveau programme des oiseaux-espions serait d’ailleurs baptisé « pigeon ». Il est dirigé par Song Bifeng, professeur à l’Université polytechnique de Xian. Auparavant, Song travaillait sur un programme de jets furtifs.
Yang Wenqing, professeur à l’école d’aéronautique du Nord-Ouest et membre de l’équipe de Song, a déclaré : « Nous croyons que la technologie a un bon potentiel pour une utilisation à grande échelle à l’avenir… » 
Ces drones d’un nouveau genre imitent l’action des ailes d’un oiseau pour monter, plonger ou tourner dans l’air. Ils seraient capables de reproduire environ 90 % des mouvements d’un véritable pigeon. De plus, ils produisent très peu de bruit, ce qui les rend très difficiles à détecter depuis le sol, et sont si réalistes que les oiseaux réels volent souvent à leurs côtés, affirme le quotidien hongkongais. Les drones pigeons ne pèsent que 200 grammes, ont une envergure d’environ 50 centimètres et peuvent voler à des vitesses allant jusqu’à 40 km/h pendant un maximum de 30 minutes.
Enregistrer un commentaire