Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

samedi 3 décembre 2016

Des unités de production électrique 100% « Made in Morocco »

  •  Des Bus électriques :

Des bus électriques « Made in Morocco »

Une unité de production de bus électriques verra bientôt le jour au Maroc grâce à l’accord signé par Banque Centrale Populaire avec l’industriel chinois Yangtse et la Société d’Investissements Energétiques (SIE).
L’investissement porte sur un montant de 1,2 milliard de dirhams qui va permettre de financer une unité industrielle de production de bus électriques de dernière génération au Maroc.

Les bus électriques 100% marocains produits dès 2017
Cet accord fait suite à la visite effectuée la semaine dernière par le roi Mohammed VI en Chine lors de laquelle une trentaine de conventions et de contrats ont été signés entre les deux pays.
En plus de cette usine de bus, la BCP et son partenaire ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) vont élargir leur coopération pour financer des projets d’investissements chinois au Maroc et en Afrique saharienne.

  • Des motos électriques :


JPEG - 140.8 ko


Les Marocains pourront à l’avenir "rouler propre" en moto. Des motos électriques, d’une autonomie de 80 km et dotées de pièces importées de Hong Kong, sont depuis peu assemblées à Marrakech et commercialisées au Maroc.
Ces motos, rechargeables à partir d’une simple prise de 220 volts, sont silencieuses, ne dégagent pas de fumée et ne nécessitent presque aucun entretien, d’après le management de Beswag, groupe qui produit ces motos dans la zone industrielle Al Massar de Marrakech.
Deux modèles de motos électriques sont commercialisées par Beswag, le premier à 7320 dirhams et le deuxième à 7440 dirhams. Le véhicule qui peut rouler jusqu’à 45 km/h, peut être conduit sans permis.
Des bornes publiques ont également été installées dans la ville ocre, où un usager peut recharger sa moto à 6 dirhams l’heure. A domicile, recharger sa moto prend entre 6 et 7 heures et coûte un peu moins cher, soit 4 dirhams l’heure.
Ce nouveau moyen de transport, qui permet de parcourir 100 km pour un coût approximatif de 4 dirhams, semble donc être une aubaine pour les Marrakchis, dont la moto est le principal moyen de transport. 

  • Des vélos-taxis électriques et solaires :

Une usine de vélos-taxis électriques et solaires prévue à Tanger
Un nouvel investissement dans le domaine du transport vient d’être annoncé à Tanger. Il s’agit de la société International Bike Manufacture (IBMA) qui va construire une usine dédiée à la fabrication de vélos, et notamment de vélos-taxis.
L’investissement prévu est de l’ordre de 15 millions de dollars sur 2 ou 3 ans, soit 160 millions de dirhams, annonce l’entreprise dans un communiqué. Cette nouvelle unité sera dédiée à la fabrication de tous types de vélos, notamment les vélos cargos, les vélos-taxis, tricycles et même triporteurs le tout alimenté par batterie ou énergie solaire.
Dès 2017, l’usine prévoit de commercialiser entre 3000 et 5000 unités à travers le Maroc tout en espérant exporter vers l’Europe ou l’Afrique 20.000 unités dès l’année prochaine et 200.000 dans cinq ans.
IMBA compte « s’appuyer sur des acteurs locaux pour développer des centres de montage relais sur le continent africain » et espère le soutien d’autres investisseurs dans ce nouveau projet.