Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

dimanche 31 janvier 2016

Madagascar

media




Situation géographique Située dans l’océan Indien, à 400 km au sud-est des côtes africaines, Madagascar est la quatrième île la plus vaste du monde avec une superficie de 587 000 km².
Capitale : Antananarivo : 1,8 million d'habitants
Régime politique : République
Démographie
Population : 22,2 millions d'habitants
Densité : 37,98 hab./km²
Indice de fécondité
: 4,5
Croissance démographique : 2,79 %
Espérance de vie : Femmes : 65,8 ans - Hommes : 62,8 ans
Société
Ethnies : Merinas, Betsimitsarakas, Betsileos, Sakalavas...
Langues : français (officielle), malgache, anglais
Religions : religions traditionnelles 52 %, catholiques 41 %, musulmans 7 %
Taux d’alphabétisation
: 64,4 %
Développement humain : 155e / 187 pays (PNUD 2014)
EconomieMonnaie : ariary malgache
Croissance : 2 % (2013)
Inflation
: 6,35 %
PIB/hab. : 447 $
Chronologie
1960 : proclamation de l'indépendance, sous la présidence de Philibert Tsiranana.
1972 : soulèvement populaire contre le régime. Le général Gabriel Ramanantsoa prend le pouvoir.
1975 : coup d'Etat du colonel Richard Ratsimandrava, assassiné six jours plus tard. Didier Ratsiraka, nommé chef de l'Etat par l'armée, instaure la IIe République et un régime de parti unique.
1991 : mouvement de contestation contre le pouvoir. La «Marche de la liberté» du 10 août est brutalement réprimée. Un gouvernement de transition est mis en place.
1993 : Albert Zafy remporte l'élection présidentielle et instaure la IIIe République.
1996 : destitution d'Albert Zafy par l'Assemblée nationale.
1997 : vainqueur de l'élection présidentielle, Didier Ratsiraka revient au pouvoir.
2002 : opposé à Didier Ratsiraka à l'élection présidentielle, Marc Ravalomanana estime l'avoir emporté et se proclame président. Reconnu vainqueur, il est investi après plusieurs mois de crise politique et d'affrontements entre les deux camps. Didier Ratsiraka s'exile en France, son retour est autorisé en juin 2011.
2006 : Marc Ravalomanana est réélu dès le premier tour.
2008 : en décembre, début de l'affrontement entre les factions de Marc Ravalomana et celles du maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina, suite à la fermeture par le Gouvernement de la chaîne de télévision appartenant à ce dernier.
2009 : en janvier, manifestations des partisans d'Andry Rajoelina. La répression et les violences font plus d’une centaine de morts. En mars, démission de Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina se proclame "président de transition" avec le soutien de l'armée. En décembre, proclamation de la IVe République de Madagascar par Andry Rajoelina, à l’issue d’un référendum constitutionnel.
2010 : en avril, échec de la rencontre d'Andry Rajoelina et des trois anciens présidents à Prétoria. En août, signature entre Andry Rajoelina et une centaine de partis politiques malgaches d'un accord de sortie de crise prévoyant la tenue d'une élection présidentielle en mai 2011, qui n'a finalement pas lieu. Le 28 août, condamnation par contumace de Marc Ravalomanana aux travaux forcés à perpétuité.
2011 : en juin, la SADC, mandatée par l’Union Africaine, approuve la "feuille de route" de sortie de crise. Elle demande le retour des réfugiés politiques, dont l'ex-président Marc Ravalomanana, et confirme Andry Rajoelina comme "président de transition" jusqu'à la prochaine élection présidentielle, repoussée à 2012. Le 22 novembre, nomination d'un gouvernement d'union nationale, incluant les mouvances des anciens présidents Ravalomanana et Zafy et, deux jours plus tard, l'ancien président Didier Ratsiraka rentre au pays après neuf ans d'exil.
2012 : le 14 avril, adoption d'une loi d'amnistie générale excluant Marc Ravalomanana.
2013
15 janvier
: Andry Rajoelina renonce temporairement à se présenter à la présidentielle.
3 mai : la Cour électorale spéciale publie la liste des candidats, dont celles d'Andry Rajoelina et de Lalao Ravalomanana, épouse de Marc Ravalomanana, avant finalement de les rejeter le 23 août.
20 décembre : élection présidentielle : l'ancien ministre des Finances Hery Rajaonarimampianina remporte le second tour avec 53,5 % des suffrages, contre 46,5 % à Jean-Louis Robinson. Les partisans de ce dernier ont déposé près de 300 recours devant l'instance judiciaire électorale.
2014
17 janvier
: la Cour électorale spéciale valide la victoire de Hery Rajaonarimampianina à la présidentielle.
27 janvier : Madagascar réintègre l'Union africaine, après cinq ans de mise à l’écart.
18 février : Christine Razanamahasoa, ancienne ministre de la Justice et proche du président de transition Andry Rajoelina, est élue présidente de l’Assemblée nationale.
13 mars : le FMI annonce reconnaître les nouvelles autorités de Madagascar, renouant avec le pays pour la première fois depuis le coup d'Etat de 2009.
11 avril : le docteur Kolo Christopher Laurent Roger, candidat malheureux à la présidentielle, est nommé Premier ministre. La passation de pouvoir a lieu le 16.
3 mai : à la présidence de l'Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy succède à Christine Razanamahasoa.
14 mai : la protection civile malgache déclenche une opération humanitaire d'urgence dans le sud-est de l'île où des troubles violents ont éclaté après des vols de zébus, faisant près de 20 morts et quelque 3 000 déplacés.
11 juillet : l'ancien président Marc Ravalomanana, en exil en Afrique du Sud depuis son  renversement en 2009, accepte de se soumettre à la justice malgache pour se défendre des accusations portées contre lui.
21 juillet : le directeur du journal Madagascar Matin, Jean Luc Rahaga, et son rédacteur en chef, Didier Ramanoelina, sont placés sous mandat de dépôt, accusés d'avoir publié une lettre d'un lecteur qui dénonce le trafic de bois de rose et dans laquelle sont cités trois ministres : Environnement, Commerce et Infrastructures, de l’Equipement et de l’Aménagement du territoire. Ils seront libérés quatre jours plus tard.
13 octobre : l'ancien président Marc Ravalomanana, en exil en Afrique du Sud depuis 2009, rentre au pays, prenant apparemment de court les autorités qui l'ont immédiatement arrêté.
11 novembre : endémique dans les campagnes, la peste fait son apparition dans la capitale, avec la mort d'une jeune femme. La saison de résurgence de la peste se situe entre septembre et mars : jusqu'ici la peste a fait 40 victimes sur les 119 cas recensés dans toute l'île.
12 décembre : le Parlement vote, à l'unanimité, un projet de loi sur l'abolition de la peine de mort.
2015
24 mars : émeutes à Mananjary, les gendarmes tirent sur la foule en colère : 5 morts.
2 mai : le président Hery Rajaonarimampianina annonce publiquement la fin de la mise en résidence surveillée de l'ancien président Marc Ravalomanana, dans le cadre de la réconciliation nationale.
26 mai : une très large majorité des députés vote la destitution de Hery Rajaonarimampianina, accusé d'avoir violé la Constitution du pays et d'incompétence.
18 septembre : la justice malgache valide l'élection de la maire d'Antananarivo, Lalao Ravalomanana.
28 septembre : la douane réalise une saisie record de 771 bébés tortues menacées d'extinction qui étaient cachées dans une valise, en partance pour Maurice et à destination finale de Kuala Lumpur en Malaisie.
12 décembre : partis et associations manifestent au sujet des îles Eparses, situées autour de Madagascar et administrées par la France. Ces territoires dont le sous-sol pourrait être riche en hydrocarbures sont revendiqués par Madagascar depuis plus de 30 ans.
17 décembre : l'Assemblée nationale vote un texte attendu depuis longtemps : la loi sur la lutte contre le trafic de bois de rose. Des millions de dollars sont en jeux dans ce trafic mafieux de bois précieux à destination de la Chine. Le vote de cette loi avait été plusieurs fois ajourné, sous la pression de certains députés liés au trafic, car elle prévoit un alourdissement des peines et la création d'un tribunal spécial pour juger les trafiquants et leurs complices.
29 décembre : élections sénatoriales. Les résultats seront publiés le 22 janvier 2016, donnant une large vitoire au parti du président, le HVM, qui remporte 34 des 42 sièges.