Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

mardi 17 mai 2016

La chanteuse Iranienne, Sahar Muhammadi, au Festival des musiques sacrées de Fès.







La voix douce, le regard magnifiquement sublime et le sourire illuminant. La chanteuse iranienne Sahar Muhammadi a émerveillé le public du 22e festival de Fès des musiques sacrées du monde qui s’est achevé sur une bonne note samedi dernier. Mais dans son pays, elle est considérée désormais comme "l’ennemie numéro 1" en Iran.




. La raison est pour le moins surprenante. En fait, d’après ce que rapporte l’agence de presse Tasneem, le ministère de la Culture iranien aurait rappelé l’artiste iranienne Sahar Muhammadi pour avoir "chanté sans voile" lors d’un concert donné dans le cadre du festival de Fès, vendredi 6 mai. Ledit ministère souhaite ainsi poursuivre la chanteuse en justice pour "avoir dévoilé ses cheveux devant une foule de plus de 5.000 personnes et des musiciens de divers pays arabes".


Or, la réalité est autre. La jeune chanteuse (31 ans), comme montrée dans nos photos prises les 6 et 7 mai respectivement à Bab El Makina et au Jardin Jnane Sbil, n’a pas laissé tomber son voile. Seul bémol, non annoncé toutefois, c’est qu’elle s’est produite notamment devant Cheikha Mozah, épouse de l’ancien Emir du Qatar, alors que les relations entre l’Iran et le Qatar ne sont pas au beau fixe. D’ailleurs, lors du concert de Jnane Sbil, samedi 7 mai, Cheikha Mozah s’est éclipsée quelques minutes seulement après le début du spectacle de Sahar Muhammadi. Selon l’agence de presse Tasneem, le ministère de la Culture iranien précise "ne pas avoir été mis au courant de la participation de cette dernière au festival de Fès" et que celle-ci tente "d’échapper à la pression des conservateurs et à la police des mœurs". Signalons enfin que Sahar Muhammadi compte parmi les chanteuses les plus talentueuses de son pays.


Aucun commentaire: