Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

vendredi 5 août 2016

Histoire de la ville d'Ifrane - La sculpture du lion.

Maroc-Ifrane-Lion

La sculpture du lion
La sculpture du Lion n'était pas étrangère à cette ruée : la création d'un centre d'estivage.
La plus célèbre des légendes qui entoure la réalisation du lion d'Ifrane, est sans conteste, celle qui l'attribue à un  prisonnier ou un légionnaire. A cette interrogation, les anciens d'Ifrane vous diront, sans trop de précision, que c'était un prisonnier de la Guerre Mondiale. S'agit-il de la première ou la deuxième ?  Quant au prisonnier, il est tantôt qualifié d'allemand tantôt d'italien. D'autres encore avanceront que le sculpteur était un légionnaire. Ces faibles présomptions continuent de nourrir les discussions et les réponses de ces jeunes photographes ambulants qui campent autour de la fameuse sculpture. Il fallait donc tenter de résoudre cette équation à plusieurs inconnues… 

En consultant les archives de l'époque, on trouve le nom du sculpteur girondin Henri Moreau.  Chargé de travailler au rocher du lion, car le bloc de roche suggérait déjà la forme d'un lion, ce qui allait certainement faciliter la tâche du sculpteur. 
 Une photo du roc du lion avant l'intervention de Henry Moreau.
Ce dernier est cité dès les mois de mars et d'avril 1930 dans deux courriers séparés recommandant  à celui-ci d'une part, l'obtention de réquisitions gratuites aller-retour par train pour le trajet Rabat-Meknès et par C.T.M. pour l'étape Meknès-Ifrane, et d'autre part  la mise à sa disposition aussi bien d'instruments que de main d'œuvre, notamment deux ou trois prisonniers, nécessaires à l'accomplissement de la sculpture du lion. Son nom est aussi présent  sur les rôles de journées des travaux d'aménagement et d'entretien du Centre d'estivage du 22 avril  et du 18 juillet 1930. Selon la lettre du 28 mars 1930, citée plus haut, ce travail qui devra être terminé pour le 20 avril 1930.
Josette Henry-Giorgi (op.cit. p.18) évoque le sujet de la sculpture du lion par : "Je l'ai vu naître sous le ciseau de Monsieur Moreau, professeur. Il fait partie intégrante de mon enfance… au lycée de Rabat….On était au mois de juin [1930]… ". Ce témoignage oculaire est sans équivoque d'une valeur probatoire.

Maroc-Ifrane-Lion

Sculpté, entièrement dans le roc, M. Moreau, de Rabat, que la photo nous montre placé devant son œuvre a eu le mérite de l'exécution de cette sculpture à la fois originale et imposante. Le souvenir est ainsi perpétué.
René H. Henry (op.cit.), ayant travaillé aux côtés de l'architecte Guignard, quant à lui, nous interpelle dans un style un peu nerveux : "Mais parlons du lion d'Ifrane qui n'a pas été taillé par un légionnaire, même poète ou artiste, c'est une légende qui m'agace. Il est l'œuvre de M. Moreau, professeur de dessin au lycée Gouraud de Rabat, où je l'ai trouvé quand j'y ai fait ma 6ème. Je le connaissais pour l'avoir vu tailler le lion à Ifrane." Un autre témoignage plus que révélateur, une autre source sans failles, vient contrecarrer les intrigues qui ne cessent, depuis des décennies, de se tisser autour des origines de la sculpture du lion d'Ifrane.
Plus célèbre que son inventeur, la sculpture du lion d'Ifrane est donc, références à l'appui, l'oeuvre de Henri Jean Moreau (1890-1956), professeur de dessin au lycée Gouraud (Lycée Hassan II) puis inspecteur régional des monuments historiques de Rabat. Elle fut réalisée à la fin du printemps de 1930. Ses dimensions qui peuvent être, sans aucune crainte d'être contredit, qualifiées de monumentales, sont approximativement de 7 m. de long, 2 m. de haut et 1,50 m. de large. (Mohammed  El Aouene, op.cit.).
Maintenant que l'énigme est déchiffrée, j'espère mettre un terme aux ergotages qui font encore susciter de longues discussions aussi futiles que vétilleuses autour la sculpture du lion d'Ifrane. Sincèrement j'en ai ma claque d'entendre chaque fois que l'auteur est un prisonnier allemand alors que les services concernés auraient pu tout simplement accoler une petite plaque avec le nom du sculpteur et l'année de son exécution.
En conclusionLe lion fut sculpté par un professeur de dessin du lycée Gouraud de Rabat durant les années 1930 et 1931, il s’agissait du sculpteur Henri Moreau. Monsieur Moreau disparut sans laisser sa signature.
Enregistrer un commentaire