Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

vendredi 27 avril 2018

En Pologne, des chambres d'hôtel pour les ivrognes

Une des nombreuses échoppes d'alcool de Varsovie.



Les premières cellules de dégrisement de luxe ont ouvert à Sosnowiec. Réservées aux ivrognes qui en ont les moyens...

Se faire ramasser dans la rue et cuver sa vodka dans l'équivalent d'une chambre d'hôtel ? C'est l'idée de Miroslaw Czapla, patron de la société Medics, à Sosnowiec, dans le sud de la Pologne. Sa clinique de traitement de l'alcoolisme accueille les premières cellules de dégrisement privées du pays.
À la différence de la France où « l'ivresse publique manifeste » conduit dans les geôles des commissariats ou des gendarmeries, ce sont les municipalités polonaises qui ont la responsabilité des personnes en état d'ébriété. Les « clients » ne manquent pas : plus de 160 000 interpellations en 2016 !

Salles de bain et téléviseur

Pourtant, pour faire des économies, les municipalités ont tendance à réduire le nombre de locaux de dégrisement. La loi prévoit bien une tarification de la nuitée, jusqu'à 70 €. Mais, dans la pratique, la majorité des pensionnaires sont des sans-abri ou des personnes incapables de régler les « frais de séjour ». Certaines mairies ont commencé à décharger une partie du problème sur la police ou les hôpitaux.
La ville de Sosnowiec a fait un choix singulier. Elle a conservé ses cellules de dégrisement, tout en passant un contrat avec Medics pour y envoyer les VIP. Il en coûte toujours 70 € mais les chambres privées sont équipées d'une salle de bain, d'un téléviseur, d'une connexion Internet et de vêtements de rechange. On peut même commander le petit-déjeuner, facturé en sus.
À quoi servent alors les cellules municipales ? « Nous avons des clientèles différentes, assume leur gestionnaire Grzegorz Zdebelak. Les SDF à la mauvaise odeur décuvent chez nous. » Dans des conditions critiquées par le Défenseur polonais des droits.