Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

jeudi 23 juin 2016

Bled Siba et Bled El Makhzen


Siba, en arabe : السيبة, est un terme typiquement marocain qui signifie « anarchie », c'est une forme de contestation politique et sociale et s'oppose au terme Makhzen: (Siba- Makhzen) deux termes employés dans le jargon politique marocain.
Au cours de son histoire le Maroc a connu des périodes d'instabilité socio-politique. Certaines régions du Maroc ne connaissaient pas l'influence de l'État, notamment au Moyen Atlas au Haut Atlas dans le Rif et dans la Chaouia. Il existait, par ailleurs, des luttes intestines au sein de la famille du Makhzen, l'appareil étatique marocain. L'expression « bled el makhzen », qui désigne l'espace où l'État exerce son autorité, s'oppose à « bled siba », espace non soumis à l'autorité centrale du pays.
 Le « bled siba » était non seulement l'incarnation d’une autorité makhzénienne contestée, mais également un frein à l'apparition d'un État moderne : 
Toute la politique du makhzen était commandée par l'existence d'un bled makhzen et d’un bled siba. Les limites du pays soumis et des terres dissidentes ne changeaient guère, sauf pour quelques mois ou quelques années, dans la zone limitée où une grande harka (campagne militaire du sultan) avait pu agir. Depuis Sidi Mohammed Ben Abdellah (Mohammed III, régnant de 1757 à 1790), la dissidence avouée ou effective avait encore fait des progrès. 

Les harkas, nécessaires pour affirmer l'autorité sultanienne sur les provinces lointaines ou aux marges du pays dissident, étaient souvent plus coûteuses qu'efficaces. Les résultats obtenus par la force ne duraient guère. Le déplacement de tout l'appareil militaire chérifien répondait surtout à des raisons de prestige.

Le bled siba restait profondément divisé et ne faisait aucune tentative vers l'unité : ses tribus ne rêvaient qu'indépendance dans le morcellement. Quasi intangible, le pays dissident ne constituait pas une menace massive et urgente. Ses progrès eux-mêmes étaient lents : il était par nature une résistance et une négation ; incapable d’organisation et d'unité, il restait hors d'état de déclencher une offensive coordonnée contre le gouvernement central.


Enregistrer un commentaire