Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

lundi 13 mars 2017

Moins de viande, de sel, de sucre…dans l'alimentation

Pour améliorer l’état de santé de la population, il faut agir sur l’alimentation. « Que l’alimentation soit ta première médecine », disait Hippocrate.
Les derniers recommandations de l'alimentation qui datent de 2002  : au moins cinq fruits et légumes par jour, limiter la consommation de sel. 
Ces nouveaux repères visent à couvrir les besoins nutritionnels, en prévenant les risques de maladies chroniques liés à certains aliments, tout en limitant l’exposition aux contaminants chimiques présents dans l’alimentation (pesticides)
Il faut insister sur le rôle des facteurs nutritionnels (incluant l’activité physique) dans le déterminisme des maladies chroniques, le diabète, l’obésité, le cancer, les maladies cardio-vasculaires… 

Réduire la consommation de viande et de charcuterie  :
Ce n’est pas une surprise : il est recommandé de manger moins de viande et de « réduire considérablement » les charcuteries. On préconise pas plus de 70 grammes par jour pour la viande (hors volaille), soit 500 g/semaine, et 25 g/jour pour la charcuterie.
Le risque de maladie chronique progresse de 10 % à 20 % pour chaque augmentation d’apport quotidien de 100 grammes de viande (hors volaille) et même de 50 % pour une augmentation de 50 g/jour de viandes transformées, dont la charcuterie.Par ailleurs, concernant les poissons, l’agence conseille d’en manger deux fois par semaine dont un gras.

Pas plus d’un verre par jour de boisson sucrée :
Si l’on sait qu’une forte consommation de sucre a des effets néfastes sur la santé, « la maîtrise de la consommation des aliments vecteurs de sucres ajoutés, s’agissant en particulier des boissons, apparaît cruciale. D'où la la nécessité de réduire la consommation de sucres simples et cachés, dans le ketchup, les plats préparés… et les boissons. Rien de tel que l’eau. Les faits sont là : Chaque verre de boisson sucrée (soda, jus de fruits, nectar…) supplémentaire par jour est associé à une prise de poids de 200 grammes par an.
La consommation d’un verre par jour est associée à une augmentation du risque de diabète de type 2 et de maladie cardio-vasculaire de 20 % par rapport à une consommation nulle, ou exceptionnelle (environ une fois par mois). Auparavant classés dans la catégorie des fruits, les jus de fruits industriels entrent désormais dans les boissons sucrées. C’est maximum un verre par jour. Ce peut être moins.

Plus de fibres :
On ne consomme pas suffisamment de fruits et surtout pas assez de légumes. On est loin des fameux cinq fruits et légumes par jour , un message pourtant connu du grand public. Les effets positifs sur la santé sont prouvés : ils apportent fibres, vitamines et minéraux. En manger diminue le risque de maladie cardio-vasculaire avec un niveau de preuve convaincant . C’est crucial. On préconise de consommer une plus grande variété de légumes et – nouveauté – des légumineuses (lentilles ou pois chiches…) plusieurs fois par semaine. Cela permet d’apporter des fibres, des protéines, et des vitamines et minéraux d’intérêt. Elles sont trop peu présentes dans nos assiettes.
La consommation de fibres est nettement en deçà des recommandations, la moitié des 25 à 30 grammes nécessaires par jour.C’est un véritable enjeu de santé publique. On encourage aussi de consommer les produits céréaliers les moins raffinés possible (farine, pain, riz, pâtes… semi-complets ou complets), en raison là encore de l’apport en fibres,
connues pour réduire le risque de certaines maladies. 
   
Matières grasses et sel
Quant aux matières grasses, pour couvrir les besoins en acides gras oméga 3 alpha-linolénique, il faut privilégier les huiles de colza et de noix, peu connues. En revanche, aucune préconisation claire n’émerge sur les produits laitiers. Le message actuel de trois produits par jour pourrait ne pas changer. Il est en effet difficile à étudier au regard de la diversité des aliments. Il est évidemment préférable de limiter les plus riches en sel.