Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

jeudi 29 septembre 2016

Polisario: Ce que cache l’excitation diplomatique du ministre des affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra.

Résultat de recherche d'images pour "ramtane lamamra"

L’un des grands problèmes qui tracasse le nouveau chef du Polisario, Brahim Ghali, est de trouver les moyens de mettre fin à l’effondrement diplomatique du Front, dont le récent retrait par la Jamaïque de sa reconnaissance à la république sahraouie n’est que la partie visible de l’iceberg, d’après une source bien informée dans les camps de Tindouf.
Au cours des dernières années, quelque 46 pays ont retiré leur reconnaissance de la république du Sahara. La plupart se sont finalement rendu compte de la supercherie de la proclamation de cette entité fantaisiste par le Polisario, il y a 40 ans à l’instigation de l’Algérie et avec le soutien actif de Kadhafi.
Mais après les années fastes où le Polisario a pu compter sur les colonels Boumediene et Kadhafi, après la disparition de Hugo Chavez et le retraite politique de Fidel Castro, les choses ont commencé à mal tourner. Aujourd’hui, seule une trentaine de pays africains et latino-américains maintiennent cette reconnaissance, dont la moitié en Afrique.
Ailleurs dans le monde, aucune grande capitale ne prend au sérieux la viabilité d’une lubie nommée république pour moins d’un million d’habitants située qui plus est, dans les étendues désertiques du Sahara et dans un contexte régional à l’instabilité chronique.
C’est en faisant ce diagnostic froid et amer, que les chefs du front séparatiste cherchent dans l’affolement à colmater les brèches de ce qui est devenu un rafiot diplomatique. Seulement, le problème diplomatique du Polisario n’est pas vraiment le sien. Il est plutôt celui de l’Algérie, puisque c’est grâce au financement, au soutien logistique et au lobbying algériens que le Front sahraoui arrive à se mouvoir et à être introduit à l’étranger.
Sans les passeports algériens et sans le personnel diplomatique algérien, les responsables du Polisario seraient incapables d’organiser la moindre activité à l’étranger. Le régime algérien qui a la haute main sur la survie du Polisario, a fait le même constat affligeant sur la débâcle diplomatique de leur créature.
Cela ne les empêche pas de persister, l’essentiel est de maintenir le Polisario tel un caillou dans la botte du Maroc et de torpiller le plan d’autonomie, qui a pourtant la faveur d’une grande partie de la communauté internationale. C’est visiblement sous cet angle qu’il faut considérer l’excitation diplomatique du ministre des affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra.

Aucun commentaire: