Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

vendredi 6 janvier 2017

Côte d'Ivoire : la grogne des militaires de Bouaké .



En Côte d’Ivoire, la nuit et le début de matinée ont été très agités avec des tirs d’armes automatiques et plusieurs villes de garnison bloquées par des forces armées. A Bouaké, Korogho, Daloa et Daoukro des militaires réclament des hausses de salaire et un meilleur traitement de la part du gouvernement. Incident sans victimes officiellement recensées, mais les militaires semblent déterminés.


Côte d'Ivoire: des militaires mutins contrôlent Bouaké malgré l'appel au calme du gouvernement


Des soldats du rang qui à Bouaké puis à Daloa Korogho et enfin à Daoukro se sont rendus maîtres des lieux stratégiques et des axes principaux des villes. Brièvement et symboliquement comme à Korogho ou à Daoukro, où des barrages éphémères ont été dressés. Plus longuement et avec détermination à Bouaké où il y a encore peu, les barrages sur les principaux axes et routes étaient bel et bien en place.

Il y a également une revendication qui laisse perplexes bon nombre d’observateurs ici, sur une prime « ECOMOG » que revendiqueraient certains de ces militaires. Mais dans l’ensemble, on a tout de même l’étrange impression de revivre le scénario de la fin 2014, lorsque les militaires de Bouaké, déjà à l’époque, mais aussi des camps militaires d’Abobo ou d’Akouédo, réclamaient également ce genre de gratifications.