Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

lundi 23 janvier 2017

“El Chapo”, le petit vendeur d'oranges devenu baron de la drogue


Résultat de recherche d'images pour "“El Chapo”, le petit vendeur d'oranges devenu baron de la drogue"

Durant son enfance dans les montagnes du Sinaloa, Joaquin Guzman vendait des oranges, des caramels et des boissons gazeuses. Mais "El Chapo" (le courtaud) s'est ensuite tourné vers la culture de la marijuana et du pavot à opium, jusqu'à devenir le baron de la drogue le plus puissant et le plus recherché au monde.
En quelques décennies, celui qui a acquis son surnom de sa petite taille a fait du cartel de Sinaloa une multinationale de la drogue étendant ses ramifications jusqu'en Europe ou en Asie.
Ses deux évasions rocambolesques de prison, dignes de scénarios hollywoodiens, lui avaient valu une notoriété internationale avant

Résultat de recherche d'images pour "“El Chapo”, le petit vendeur d'oranges devenu baron de la drogue"


Résultat de recherche d'images pour "“El Chapo”, le petit vendeur d'oranges devenu baron de la drogue"

 son arrestation par les Marines mexicains en janvier 2016 puis son extradition aux Etats-Unis le 19 janvier 2017, point final de décennies de traque par les autorités.
Entre-temps, Guzman était devenu une légende dans la culture narco, avec des musiciens vantant ses "exploits" dans des "narcocorridos", ces ballades folks mexicaines avec guitares et trompettes qui racontent les chefs de cartels.
Le baron de la drogue s'est souvent joué des forces de l'ordre grâce à l'ingéniosité de ses ingénieurs, capables de construire des tunnels pour faire passer la drogue sous la frontière américaine ou encore pour l'aider à échapper à une arrestation.
S'il a alimenté une image de Robin des Bois aidant les pauvres et se moquant des puissants, il a aussi mené une guerre ultra-violente pour éliminer ses rivaux, une guerre entre cartels dont le Mexique paye toujours le prix.
Sa fortune lui avait permis d'intégrer la liste Forbes des hommes les plus riches de la planète, avant d'en disparaître en 2013 du fait de ses dépenses pour assurer sa protection. "Je fournis plus d'héroïne, de méthamphétamine, cocaïne et marijuana que n'importe qui dans le monde. J'ai des flottes de sous-marins, d'avions, de camions et de bateaux", se vantait Guzman lors de son interview par l'acteur américain Sean Penn publié en janvier 2016 dans le magazine Rolling Stone.
Dans un message vidéo enregistré durant sa cavale, Guzman rappelait à l'acteur qu'il venait d'une famille "très pauvre", que sa mère fabriquait du pain dans le village de La Tuna et qu'il était devenu narcotrafiquant parce qu'il "n'y avait pas de travail".
"La seule façon d'avoir de l'argent, d'acheter de la nourriture, de survivre, est de faire pousser le pavot à opium, la marijuana, alors à cet âge, j'ai commencé à en cultiver et à en vendre", racontait-il.
Guzman est né le 4 avril 1957, à Badiraguato, au nord-ouest du Mexique, une localité connue comme un fief de nombreux barons de la drogue.
Il avait été recruté par le chef du cartel de Guadalajara Miguel Angel Felix Gallardo, surnommé "Le parrain" des cartels mexicains modernes.
Après l'arrestation de Felix Gallardo en 1989, le cartel de Sinaloa de Guzman avait connu une ascension phénoménale, lui valant de nombreuses inimitiés.
Une fusillade en mai 1993 à l'aéroport de Guadalajara avait ainsi coûté la vie au cardinal Juan Jesus Posadas Ocampo, que des tueurs avaient confondu avec "El Chapo".
Arrêté au Guatemala en juin 1993, Guzman s'échappera huit ans plus tard, en 2001, d'une prison de haute-sécurité mexicaine caché dans un panier de linge sale.
Il faudra alors 13 ans aux autorités mexicaines pour l'interpeller de nouveau, en février 2014, dans une résidence balnéaire de Mazatlan, où il se cachait avec sa femme Emma Coronel, une reine de beauté, et leurs deux jumelles, nées aux Etats-Unis.
Mais 17 mois plus tard, Guzman s'échappera encore, par le biais d'un tunnel de 1,5 kilomètre équipé de rails et débouchant sous la douche de sa cellule, infligeant un sérieux camouflet au gouvernement du président Enrique Pena Nieto.
Après six mois de cavale, les marines parviendront finalement à l'arrêter à Los Mochis, une localité située sur la côte pacifique, dans son fief de Sinaloa.
C'est en interceptant des messages adressés à l'actrice de telenovela Kate del Castillo que les autorités seraient parvenues à retrouver sa trace. L'actrice américano-mexicaine incarnait une chef de cartel dans la série "La Reina del sur" et lui avait rendu visite dans la jungle avec Sean Penn en octobre 2015.
Guzman s'est marié au moins trois fois et il est le père de nombreux enfants, dont au moins deux fils que les autorités américaines ont accusés de jouer un rôle "important" dans le cartel de Sinaloa. Un autre fils, Edgar, a été abattu en 2008.
En dépit de l'extradition de son chef, le puissant cartel de Sinaloa poursuit toujours ses activités criminelles. Il est désormais dirigé par un des associés historiques de Guzman, Ismael "El Mayo" Zambada, un discret narcotrafiquant qui n'a jamais passé un seul jour en prison.