Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

vendredi 4 mai 2018

Qui veut acheter une ancienne cité grecque ?



Une cité grecque antique située dans le sud de la Turquie a été mise en vente. C’est pour mieux la protéger. Car Bargylia, pillée par des voleurs, est aujourd’hui en ruines. Mais son prochain propriétaire ne pourra pas faire ce qu’il veut sur ce terrain chargé d’histoire.




C’est un investissement immobilier un peu particulier. Bargylia, dans la région de Mugla, à 30 km de Bodrum (sud de la Turquie), une ancienne cité grecque vieille de 2 500 ans, est à vendre ! Sur 330 hectares, elle abrite une acropole, un temple, un amphithéâtre, une nécropole byzantine, des thermes romains…
Attention, le tout est en ruines et a déjà été abondamment pillé par des chasseurs de trésor. Pour le moment, du bétail paît paisiblement entre des colonnades brisées et des remparts en piteux état. Mais vous pouvez l’acheter pour 35 millions de livres turques (soit 8,35 millions de dollars).
Des vaches paissent au milieu des ruines de la cité antique. 
Comme le site est situé sur une propriété privée (depuis 1927), les autorités sont incapables de protéger ce patrimoine historique. Aucune fouille n’a jamais été entreprise sur ce terrain. Des archéologues turcs ont plusieurs fois appelé le ministère de la Culture et du tourisme à exproprier ce site afin de le protéger. En vain.
Malheureusement, en raison d’un budget insuffisant, les sites archéologiques en Turquie, ne sont expropriés que lorsque des fouilles sont programmées pour des projets urbains.  
Une mosaïque romaine volée
Les copropriétaires des lieux ont décidé de vendre ou aimeraient qu’on leur permette d’échanger leur bien pour des terrains ailleurs. Ce n’est pas la première fois que ce site historique est mis en vente. En 2015, il était déjà apparu sur le site d’une agence immobilière locale. « Avec vue sur mer », précisait l’alléchante annonce. Mais Bargylia n’avait pas trouvé preneur.
Hüseyin Üçpinar, 87 ans, l’un des copropriétaires explique à Hürriyet Daily News, que ceux qui possèdent ces terrains se sont fâchés et peinent à se mettre d’accord pour la vente. Une mauvaise nouvelle pour la cité qui est en train de perdre ses vieux trésors.
Des dizaines de trous creusent le sol de la ville antique, tristes souvenirs laissés par des pilleurs. « Nous les entendons la nuit, mais nous avons peur d’intervenir », racontent des habitants des alentours. Une mosaïque de l’époque romaine aurait été volée.
Une mosaïque romaine aurait été arrachée et volée
Bargylia est donc de nouveau mise en vente, sur le site de l’agence immobilière de la région Zeytin Eymlak. Son prix a été baissé de 2 millions de dollars. Tout ne sera pas permis pour le prochain propriétaire. Aucune construction n’est possible.
Car Bargylia est classée parmi les lieux historiques qui doivent être protégés (et on se rend facilement compte de l’inefficacité de ce classement). Vieille de 2 500 ans, elle aurait été fondée, selon la légende, par Bellerophon, un héros de la mythologie grecque, en l’honneur de son compagnon Bargylos, tué par un coup de pied du cheval ailé Pégase.
Un temple d’Artémis avait été érigé dans les environs. Des pièces de monnaie frappée du profil d’Artémis et de Pégase ont été retrouvées. Le géographe, historien et philosophe grec Strabon mentionne ce temple dans un de ses écrits. Il rapporte la croyance locale selon laquelle la pluie tombe tout autour de ce temple sans jamais le toucher.
La vue depuis la cité antique Bargylia
Ce n’est pas le seul site antique du genre qui est laissé à l’abandon et aux pilleurs dans les environs. La région de Mugla compte 192 sites archéologiques et seulement 22 de ces sites sont protégés.


Enregistrer un commentaire