Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

samedi 12 mai 2018

Dans dix ans, les taxis volants seront présents dans de nombreuses villes américaines.



Quatre passagers, une vitesse comprise entre 240 et 320 kilomètres par heure, des « vertiports » capables de gérer plusieurs centaines de décollages et d’atterrissages par heure. Mardi 8 mai, en ouverture d’une conférence organisée à Los Angeles (Californie), Uber a apporté davantage de détails sur son projet de taxis volants, à mi-chemin entre des hélicoptères et des drones. Et réaffirmé son objectif : lancer un service commercial en 2023.  Interview avec Eric Allison, le responsable de la division Uber Elevate.

Vous espèrez lancer Uber Air dans cinq ans. N’est-ce pas trop ambitieux ?
C’est un objectif ambitieux mais pas irréaliste. Nous discutons régulièrement avec la FAA (le régulateur américain de l’aviation civile, ndlr) et ils sont plutôt enthousiastes. Évidemment, il reste encore beaucoup de travail à accomplir car l’aviation est le secteur le plus régulé. Nous souhaitons lancer notre service d’abord aux Etats-Unis, mais ce n’est pas une obligation. Évidemment, nous sommes aussi dépendants des fabricants partenaires, qui ont encore beaucoup à faire pour que leurs véhicules obtiennent une certification. Mais nous pensons que c’est possible.

L’autonomie des batteries fait partie des défis à relever. Où en êtes-vous ?
Notre objectif est de parvenir à une autonomie de trois heures (grâce à des recharges partielles de 5 minutes entre les trajets, ndlr). L’un des concepts de nos partenaires peut déjà atteindre ce seuil avec la technologie actuelle. Parallèlement, sous la direction de Celina Mikolajczak, qui vient de Tesla, nous concevons notre propre batterie, spécialement conçue pour le trajet aérien. Nos partenaires auront ensuite accès à cette technologie.
Enregistrer un commentaire