Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

samedi 29 octobre 2016

L'Afghane aux yeux verts, Sharbat Gula, du «National Geographic», est en prison



 -

Une Afghane rendue célèbre par un portrait d'elle paru en 1984 en couverture du magazine National Geographic a été arrêtée au Pakistan pour détention de faux papiers pakistanais.
La saisissante image de Sharbat Gula, avec ses grands yeux verts mis en valeur par son foulard rouge, avait été prise dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan par le photographe américain Steve McCurry.
Elle a compté parmi les Unes les plus connues de l'histoire du magazine américain et avait propulsé l'adolescente au rang d'icône du peuple afghan, alors que le pays était sous occupation soviétique.
Plus de trois décennies plus tard, Mme Gula a été arrêtée par les autorités pakistanaises "pour obtention de faux papiers d'identité", a déclaré à l'AFP Shahid Ilyas, un responsable de l'autorité de l'Etat civil, le Nadra (National Database Registration Authority).


Résultat de recherche d'images pour "sharbat gula 2016"


Sharbat Gula photographiée à l'âge de 13 ans par Steve McCurry. Vingt ans plus tard, le photographe a retrouvé sa trace. Crédit: Steve McCurry

Son arrestation fait suite à une enquête lancée il y a deux ans par l'Agence fédérale d'investigation (FIA) pakistanaise à Peshawar, capitale de la province du Khyber Pakhtunkhwa frontalière de l'Afghanistan, dans le nord-ouest du Pakistan.
Selon M. Ilyas, la FIA recherche également trois responsables du Nadra soupçonnés d'avoir délivré une carte d'identité nationale à Mme Gula et qui ont disparu depuis que la fraude a été révélée.
En cas de condamnation, Mme Gula pourrait théoriquement écoper de 7 à 14 ans de prison et d'une amende allant de 3 000 à 5 000 dollars. Toutefois, nombre d'Afghans reconnus coupables de faits similaires ont été expulsés du pays sans passer par la prison.
Selon des responsables pakistanais, Sharbat Gula avait déposé une demande de carte d'identité nationale à Peshawar en avril 2014, sous le nom de Sharbat Bibi.
Des milliers de réfugiés afghans ont réussi à obtenir une carte d'identité pakistanaise bien que le système soit informatisé.
M. McCurry avait retrouvé Sharbat Gula en 2002 après 17 ans de recherches dans un village isolé d'Afghanistan où elle vivait, mariée à un boulanger et mère de trois filles. On ignore à quel moment elle est revenue au Pakistan.
Le Pakistan, qui pousse pour le retour des réfugiés en Afghanistan, a lancé ces derniers mois une grande campagne de vérification pour pister les détenteurs de cartes d'identité pakistanaises délivrées frauduleusement.
Selon des responsables, la Nadra a passé au crible 91 millions de cartes d'identité, et détecté jusque ici 60 675 cartes obtenues frauduleusement par des non-Pakistanais.
Le pays comptait récemment jusqu'à 1,4 million d'Afghans enregistrés comme réfugiés selon le HCR, ce qui en fait le troisième pays accueillant le plus de réfugiés au monde. Le nombre de réfugiés sans papiers était parallèlement estimé à environ un million.
Plus de 350 000 réfugiés afghans ont quitté le Pakistan depuis le début de l'année pour rentrer en Afghanistan, en dépit d'une situation sécuritaire très difficile dans une grande partie du pays.