Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

lundi 17 octobre 2016

Le Rwanda, pays des mille collines

Situation géographique 
Pays de l’Afrique des grands lacs, le Rwanda, qui couvre une superficie de 26 338 km², est l’un des plus petits États d’Afrique. Surnommé le pays des mille collines, le Rwanda se situe à plus de 1000 mètres d'altitude. Le pays est bordé à l’ouest par la RDC, au nord par l’Ouganda, à l’est par la Tanzanie et au sud par le Burundi.


Résultat de recherche d'images pour "rwanda pays"

Le pays est bordé par une chaîne de volcans  au nord (3500 à 4500 mètres),  par le parc de l'Akagera à l'est, par les marais du Bugesera au sud-est,  par la forêt de Nyungwe au sud-ouest, écrin de la source du Nil, et  par l'immense et magnifique lac Kivu à l'ouest .  La capitale, Kigali, est à 1 400 mètres d'altitude, Butare est à presque 1800m et une grande partie du pays est située entre ces deux niveaux.  Bien que juste sous l'équateur, du fait de l'altitude, le Rwanda a un climat très agréable et des températures de 20 à 25 degrés pratiquement toute l'année.

Drapreau du Rwanda

 Résultat de recherche d'images pour "drapeau animé rwanda"

Armoiries du Rwanda

Résultat de recherche d'images pour "armoirie rwanda"

Capitale : Kigali (1 million d’habitants)
Résultat de recherche d'images pour "kigali capitale du rwanda"
Résultat de recherche d'images pour "kigali rwanda"
Résultat de recherche d'images pour "kigali rwanda"
Régime politique : République
Démographie
Population : 10 millions d’habitants
Densité : 400,8 hab./km²
Indice de fécondité : 5,05
Croissance démographique : 2,4 %
Espérance de vie : Femmes : 53,9 ans - Hommes : 50 ans
Société
Ethnies : Hutus, Tutsis, Twas
Langues : Kinyarwanda, anglais, français (officielles) et swahili
Religions : Catholiques (57 %), protestants (37 %), musulmans (5 %), animistes
Alphabétisation : 65 %
Développement humain : 167e / 186 pays (PNUD 2013)
Economie
Monnaie : Franc rwandais
Croissance : 5,5 %
Inflation : 11 %
PIB par habitant : 465 $
Dette extérieure : 14,9% du PIB
Chronologie
1er juillet 1962 : accession à l’indépendance du Rwanda.
1963 : offensive des exilés tutsis sur le Rwanda. Des représailles massives font 10 000 morts chez les Tutsis.
1973 : nouvelle offensive des Tutsis de l’extérieur. Nouvelles vagues de persécutions anti-Tutsis. En juillet, Juvenal Habyarimana prend le pouvoir à l’issue d’un coup d’Etat militaire.
1990 : début de la guerre civile avec l’attaque depuis l’Ouganda de Tutsis rwandais exilés, regroupés au sein du FPR (Front patriotique rwandais, à majorité tutsie). Assassinats, arrestations de Tutsis et d’opposants politiques. Intervention des troupes françaises, belges et zaïroises.
4 août 1993 : signature des accords de paix à Arusha (Tanzanie) entre le président Habyarimana et le FPR.
1994
6 avril : le président Juvenal Habyarimana est tué dans un attentat.
7 avril : le Premier ministre hutu modéré Agathe Uwilingiyimana, dix Caques bleus belges de la Minuar chargés de sa protection et plusieurs ministres de l'opposition sont tués. Commencent alors les massacres à grande échelle des Tutsis et des Hutus modérés.
21 avril : au plus fort des massacres, le Conseil de sécurité de l'ONU décide, pour des raisons de sécurité, de réduire fortement l'effectif de la Minuar à 270 hommes.
28 avril : Médecins sans frontière-Belgique affirme qu'un véritable génocide est en cours. L'antenne locale de la Croix rouge envoie un message : "C'est l'horreur totale. On est au coeur des ténèbres".
22 juin : l’ONU donne le feu vert à la France pour une opération militaro-humanitaire, baptisée Turquoise. Le FPR accuse la France de vouloir sauver le régime rwandais et les auteurs du génocide. 
4 juillet : le FPR s'empare de Kigali mettant fin au génocide. La victoire des rebelles déclenche à son tour un exode de centaines de milliers de Hutus vers la RDC. Le 18 juillet, le FPR annonce que la "guerre est finie". Le génocide a coûté la vie à près de 1 million de personnes.
8 novembre : création par le Conseil de sécurité de l’ONU du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).
1998 : début de la guerre en RDC.
2000 : Paul Kagame est élu président par le Parlement et le gouvernement réunis.
2002 : accord de paix avec la RDC. Début des premières juridictions locales, dites "gacaca", chargées de juger les exécutants présumés du génocide.
2003 : Paul Kagame remporte l’élection présidentielle.
2006 : rupture des relations diplomatiques avec la France.
2009 : rétablissement des relations diplomatiques entre Kigali et Paris. Le Rwanda devient le 54ème membre du Commonwealth.
2010 : le 7 janvier, le rapport d'enquête rwandais sur l'attentat contre Habyarimana conclut à la responsabilité d'extrémistes hutus. Le 9 août, réelection de Paul Kagame.
2011 : du 11 au 13 septembre, la visite -controversée- du président Paul Kagame en France constitue une étape dans la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays.
2012 : le 18 juin, fermeture officielle des gacaca. Le 12 juillet, signature d'un accord entre le RD Congo, le Rwanda et une douzaine d'Etats de la région des Grands Lacs visant à "éradiquer" les groupes armés actifs à l'est de la RDC.
2014
1er janvier
 : assassinat en Afrique du Sud de Patrick Karegeya, ancien chef des renseignements extérieurs du Rwanda.
7 mars : le Rwanda et l'Afrique du Sud expulsent mutuellement des diplomates pour espionnage, le ton étant monté entre Pretoria et Kigali après l'attaque par des inconnus armés de l'opposant et ex-chef d'état-major rwandais réfugié à Johannesburg.
5 avril : la France annule sa participation aux commémorations, après une interview du président Kagame l'accusant d'avoir "participé activement" au génocide de 1994.
7 avril : les autorités rwandaises retirent l'accréditation de l'ambassadeur de France à Kigali, Michel Flesch, aux cérémonies de commémoration du 20ème anniversaire du génocide de 1994.
16 avril : la mairie de Kigali exproprie le terrain où se situe le centre culturel français, officiellement en raison du non-respect du plan d'urbanisme.
18 juin : libération de la journaliste Agnès Uwimana Nkuside après quatre années en prison.
30 juin : le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) en Tanzanie confirme en appel la condamnation à 30 ans de prison de l'ancien chef de l'armée rwandaise, le général Augustin Bizimungu, pour son implication dans le génocide de 1994.
23 juillet : le président nomme au poste de Premier ministre Anastase Murekezi, auparavant ministre du Travail. Le lendemain, il forme un nouveau gouvernement, et maintient à leurs postes la plupart des ministres-clés.
29 septembre : le TPIR confirme en appel les peines de prison à perpétuité contre les chefs du parti au pouvoir au Rwanda au moment du génocide contre les Tutsi de 1994 : Matthieu Ngirumpatse, ex-président du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND) de l'ancien président Juvénal Habyarimana, et Edouard Karemera, l'ex-vice président du parti.
2015
7 avril : le gouvernement français déclassifie ses archives sur le Rwanda de 1990 à 1995, lors du 21ème anniversaire du génocide.
29 octobre : la chambre des députés adopte à l'unanimité un projet de réforme de la Constitution autorisant le président Paul Kagame à briguer un troisième mandat en 2017.
2016
20 mars : l'ONU transfère vers Kigali Ladislas Ntaganzwa, ancien maire de Nyakizu, l'un des neuf génocidaires rwandais présumés toujours recherchés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda.
Comprendre le génocide des Tutsis au Rwanda
En 1994, l'avion transportant le président rwandais Habyarimana est abattu. Les extrémistes hutus accusent la Belgique d'être responsable de l'attentat. Dix casques bleus belges sont assassinés par l'armée fidèle au président. C’est alors le début d'un effroyable génocide: plus de 800 000 membres de la minorité tutsie sont massacrés par le pouvoir hutu.

L’instruction sur l'attentat menée par le juge français Bruguière conclut à la responsabilité des dirigeants tutsis et leur chef, l'actuel président rwandais Paul Kagame. Mais aujourd'hui, cette thèse est remise en cause. Catherine Lorsignol et le journaliste judiciaire Philippe Brewaeys ont travaillé en collaboration pour "Devoir d'Enquête". Ils ont interrogé de très nombreux témoins. Déjà controversée, l'enquête du juge Bruguière sort très affaiblie.

Les Français ont-ils tenté de manipuler l'enquête en connaissance de cause? Qui avait intérêt d'éliminer le président Habyarimana? Les tutsis portent-ils injustement le chapeau? Les questions restent aujourd'hui nombreuses. Catherine Lorsignol, auteur du reportage diffusé dans "Devoir d'enquête", essaye de répondre..



Dans son livre, "Là où le soleil disparaît", le chanteur revient sur la mort de ses parents lors du génocide rwandais et sur le viol dont il a été victime par sa tante à l'âge de 6 ans. Un travail de mémoire indispensable pour retrouver sa liberté. 



Le Rwanda, un trésor caché de l’Afrique






LE PARC NATIONAL DE L'AKAGERA


Le Parc Akagera est situé à l’est du Rwanda, à la frontière de la Tanzanie. C’est la rivière Akagera qui sépare les deux pays. À partir de Kigali, il faut compter environ deux heures de route. Le Parc Akagera a été créé en 1934. À cette époque, le parc mesurait près de 2 700 km². Suite au génocide, en 1997, le parc fût réduit afin que les réfugiés qui revenaient de la Tanzanie et de l’Ouganda obtiennent des terres cultivables. Aujourd’hui, le parc couvre une superficie de 1 100 km². Il est visité par plus de 15 000 touristes chaque année.

Le Parc National de l’Akagera est ouvert tous les jours de 6h30 à 18h. Deux entrées vous permettent d’y accéder: celle au Sud est située à Kiyonza et celle au Nord à Kirara. Le type de végétation qu’on y trouve est très différent du reste du Rwanda. Ici, les collines font place aux plaines et la savane remplace la verdure. L’intérêt de visiter cet endroit est donc d’y découvrir une faune riche et diversifiée.
Troupeau de buffles dans le Parc National de l’Akagera 
Dans le Parc National de l’Akagera, on peut voir des troupeaux d’éléphants, des buffles, des girafes, des zèbres, une douzaine d’espèces d’antilopes, dont l’impala et le topi, des hippopotames, des crocodiles, et si vous êtes chanceux vous croiserez peut-être un léopard ou une hyène tachetée. Les amoureux d’ornithologie sont choyés puisqu’on peut observer plus de 500 espèces d’oiseaux dont l’aigle pêcheur, le merle métallique, le calao nasique, le vanneau du Sénégal, le bec en sabot du Nil et le gonolek des papyrus.
Les girafes du Parc Akagera sont une espèce introduite, en provenance du Kenya. Aucune girafe n’avait été répertoriée dans cette région du Rwanda. C’est en 1986 que six girafes « massaï » ont été intégrées à la faune du parc. Aujourd’hui, elles sont plus d’une centaine. Des éléphants avaient été vus pour la dernière fois en 1961 dans le Parc Akagera, mais pour une raison inconnue ils ont ensuite disparu. Ils ont été réintroduits en 1975, en provenance de Bugesera (au sud de Kigali). Malheureusement, peu d’éléphants ont survécu à ce déplacement. Le parc dénombre maintenant environ 120 éléphants.
Depuis 2010, le Parc National de l’Akagera est géré par African Parks Network (APN), une ONG qui a son siège social en Afrique du Sud, en collaboration avec le Rwanda Development Board (RDB). APN a été formé en 2000, par un groupe de visionnaires préoccupés par le déclin de plusieurs parcs d’Afrique. Leur approche innovatrice, qui établit un partenariat public- privé et qui travaille avec les institutions gouvernementales locales, leur a permis de développer des liens avec le Rwanda, mais également avec la République démocratique du Congo, le Malawi, le Tchad et la Zambie. Ils gèrent donc 7 parcs, ce qui équivaut à près de 2,5 millions d’hectares d’espace protégé à travers l’Afrique.









MUSIQUE DU RWANDA










Danse et Folklore du Rwanda