Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

jeudi 24 novembre 2016

Poutine : «Les frontières de la Russie ne se terminent nulle part»

Alors qu'il assistait à une remise de prix de l'association russe de géographie en compagnie de jeunes écoliers doués en la matière, Vladimir Poutine a tenu à faire un trait d'humour à propos des frontières de la Russie.


A la cérémonie de remise de prix de l'association russe de géographie, l'une des plus vieilles au monde, crée en 1845, Vladimir Poutine s'est entretenu avec deux jeunes et brillants élèves particulièrement doués, Timofeï, âgé de cinq ans et Miroslav, âgé de neuf ans. Il a alors voulu tester les capacités du second en lui demandant où se trouvaient les frontières de la Russie. 
Le petit Miroslav a commencé à répondre que les frontières de la Russie allaient jusqu'aux Etats-Unis, par le détroit de Béring, avant que le président russe ne l'interrompe en disant : «Les frontières de la Russie ne se terminent nulle part». Avant d'ajouter, que c'était une blague.





Bien évidemment, il s'agissait d'un trait d'humour du président russe, qui a d'ailleurs bien fait rire son auditoire, dont le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Reste à savoir si les hauts responsables de l'OTAN, hantés par l'idée d'une menace russe, sauront l'apprécier à sa juste valeur.