Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

jeudi 3 novembre 2016

L’étrange lac sous-marin tue ceux qui s’y baignent


Les scientifiques l’ont repéré il y a un an. Mais ils viennent tout juste d’y retourner pour effectuer des prélèvements et en savoir plus sur ce lac sous la mer, surnommé le « jacuzzi du désespoir ». Mieux vaut éviter de s’y baigner…


Jules Verne serait conquis par la découverte du Nautilus. Pas le sous-marin de son roman 20 000 Lieues sous les mers, mais celui de The Nautilus Exploration Team. Cette équipe de scientifiques américains l’a renvoyé, un an après sa première découverte d’un étrange phénomène sous-marin, explorer les fonds du golfe du Mexique. Elle souhaitait en apprendre plus sur cette sorte de « lac » sous-marin, qu’elle a surnommé le « jacuzzi du désespoir ».

Un surnom inquiétant, lié à la nature même de l’eau qui s’y trouve. Une eau cinq fois plus salée que celle qui l’entoure, mais surtout hautement toxique. Les quantités de méthane et de sulfure d’hydrogène y sont particulièrement élevées. Au point que tout animal qui y pénètre y laisse sa peau, y compris l’homme !


Si les crabes meurent, crevettes et moules s’y plaisent : les scientifiques cherchent à savoir pourquoi.
Cette deuxième exploration, au-delà de photographies spectaculaires réalisées par le robot Hercules, a permis de découvrir que cet habitat inhospitalier convient cependant à certains êtres vivants : bactéries et vers bien sûr, mais aussi crevettes et moules. C’est d’ailleurs à la fois l’amoncellement de sel sur les bords du lac sous-marin, dû au non-mélange des deux eaux, et les moules qui s’y installent, qui lui donnent cette forme si particulière.

Qui s’y frotte s’y pique. De nombreux crabes ont eu la mauvaise idée de tenter une baignade dans cette eau toxique.
Toutes les données prélevées sur place vont permettre de mieux comprendre comment les bactéries ont pu se développer dans cet environnement au fil du temps et en combien de temps. « Beaucoup de gens cherchent à en savoir plus sur ces habitats extrêmes sur Terre pour mieux comprendre ce que nous pourrions découvrir sur d’autres planètes », ont expliqué les scientifiques.