Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

vendredi 23 février 2018

Vilnius, capitale de la Lituanie, regorge de trésors incroyables


Résultat d’images pour carte lituanie détaillée


 

Chaleureuse et verte, la capitale de la Lituanie offre une diversité étonnante à ses visiteurs. Voici quelques-uns de ses atouts.

Elle fut autrefois la capitale d'un immense territoire, la Grande Lituanie, qui, même si elle ne constituait qu'un grand-duché, s'étendait de la Baltique à la mer Noire. De nos jours, Vilnius n'est plus « que » le centre politique, économique et culturel d'un petit pays de 2,5 millions d'habitants, la Lituanie, mais elle n'en mérite pas moins une visite grâce à plusieurs atouts insoupçonnés.

Une «grande» vieille ville

Fondé en 1323, Vilnius a eu le temps d'accumuler un riche patrimoine architectural. Pour en comprendre l'histoire, direction le palais des Grands-Ducs, où a trouvé refuge le Musée national, juste derrière la cathédrale. Contrairement aux apparences, il est très récent, puisque reconstruit à partir de 1998 après que les Russes, puis les Soviétiques, eurent mis à mal les bâtiments originaux du XVIe siècle.
 
Mais à l'intérieur, énormément de reliques et de vieux objets permettant de comprendre l'histoire du pays, un temps uni à la Pologne. Aux abords démarre la touristique rue Pilies, qui traverse toute la vieille ville. Rester la tête en l'air pour admirer maisons anciennes et palais. Et rejoindre la porte de l'Aurore, la seule encore debout des cinq grandes entrées de la ville au Moyen Age. A l'étage se trouve une chapelle minuscule, où le pape Jean-Paul II célébra la messe en 1993, et dont le joyau est un portrait de la Vierge qui attire des pèlerins de toute la Lituanie.

Une ville très verte

Uzupis était autrefois un quartier excentré, logé dans une boucle de la rivière Vilnia, où de nombreux artisans étaient rassemblés. Puis le secteur a périclité, de nombreuses maisons en ruine en témoignent. «Avec l'indépendance, le quartier s'est réveillé, d'autant qu'il est très proche de la ville historique. Les jeunes et les artistes ont débarqué en masse, attirés par l'esprit bohème, les nombreux espaces verts — on se croirait à la campagne — et l'immobilier bon marché.» En 2000, certains habitants facétieux ont même créé la République autonome d'Uzupis, jumelée avec la Commune libre de Montmartre, à Paris. Une promenade obligatoire, surtout qu'on y trouve un des restaurants les plus réputés de la ville, Sweet Root.

Un fromage réputé

Voilà qui plaira aux visiteurs en général. La Lituanie est fière de sa spécialité locale, le dziugas, une variété de pâte dure à base de lait de vache, dont la particularité est qu'il peut être affiné 12, 18, 24, 38 ou 48 mois ! On peut globalement rapprocher son goût de celui du parmesan.

 -

Produit plutôt cher, le dziugas s'apprécie dans des fromageries spécialisées lors de dégustations ritualisées, en compagnie d'un peu de vin, de miel, de confitures ou de noix. Comptez une heure sur place !

L'ancienne «Jérusalem du nord»

Jusqu'au début du XXe siècle, c'était le surnom de Vilnius, qui abritait plus de 50 000 juifs avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Il ne reste plus grand-chose du ghetto d'autrefois, les occupants soviétiques ayant poursuivi les destructions de bâtiments déjà bien entamées par les nazis. Une seule synagogue — sur plus d'une centaine avant guerre — accueille toujours les fidèles. Subsistent ici une plaque, là une statue qui rappellent qu'une communauté a vécu là, heureuse, avant l'Holocauste.

Une rue des écrivains

Autrefois, les librairies s'alignaient ici, d'où son nom, la rue Literatu (la rue des gens de lettres). Aujourd'hui, il faut pousser jusqu'au numéro 7 : «Des artistes ont eu l'idée de poser des plaques au nom d'écrivains locaux, mais aussi internationaux. Et saviez-vous que l'écrivain Romain Gary était né à Vilnius en 1914, sous le nom de Roman Kacew ? Une statue de lui s'élève à l'angle des rues Mindaugo et Basanaviciaus.

Le pays de l'ambre

Ce n'est pas pour rien qu'on appelle l'ambre l'or balte. Dans les trois pays, Estonie, Lettonie, Lituanie, on trouve des boutiques spécialisées dans des objets fabriqués avec cette résine fossile issue des conifères.



 -

A Vilnius, mettez le cap sur la rue Mykolo, qui abrite aux numéros 8 et 12 un musée-galerie et un centre artistique. Vous y verrez notamment un lézard entier fossilisé dans l'ambre ! Mais aussi beaucoup de bijoux déclinant toutes les différentes colorations.
Enregistrer un commentaire