Bienvenue sur le nouveau site internet multilingue de la Ville d’Ain Défali ----- Welcome to the new multilingual website of the City of Ain Defali ----- 欢迎来到市艾因Defali的新的多语种网站 ----- Bienvenido a la nueva página web multilingüe de la ciudad de Ain Defali ------ Benvenuti nel nuovo sito web multilingue del Comune di Ain Defali ----- Welkom op de nieuwe meertalige website van de stad Ain Defali ----- Добро пожаловать на новый многоязычный сайт города Айн Defali ----- Ain Defali Belediyesinin yeni dilli web sitesine hoş geldiniz-----आइन Defali के सिटी की नई बहुभाषी वेबसाइट में आपका स्वागत है



مرحبا بكم فى موقع متعدد اللغات الجديد لمدينة عين الدفالى، وهي بلدة صغيرة لطيفة لزيارة ومنطقة مضيافة رائعة




Bienvenu(e) sur le portail de la ville d’Ain Défali Ce site se veut une vitrine ouverte sur le monde pour faire connaître notre ville Ce site est également une invitation à la découverte de notre richesse patrimoniale et environnementale.
Découvrez son histoire, son patrimoine, son actualité au quotidien et effectuez vos démarches administratives ...

dimanche 25 février 2018

Indonésie : il crée des sacs plastiques tellement bio qu'ils se boivent

Les sacs sont fabriqués avec du manioc, une racine tropicale comestible, très répandue dans le pays.



À chaque fois qu'il surfe ou plonge dans les eaux turquoises de son île paradisiaque natale, Kevin Kumala enrage. Sacs et déchets en plastique  ternissent son plaisir. Las de répéter "Il faut faire quelque chose", cet Indonésien a décidé d'agir. Il a donc développé des sacs à base de manioc qui se décomposent en quelques mois, contre 400 ans pour les sacs en plastique conventionnel. 
"Nos sacs sont tellement écologiques qu'ils ont réussi les tests de toxicité alimentaire. Cela donne de l'espoir aux animaux marins qui n'étouffent plus ou n'ingèrent plus de matières qui peuvent être dangereuses" affirme le co-fondateur d'Avani Eco, qui commercialise ces sacs.

Aucune aide publique

Créée en 2015, la société fabrique environ trois tonnes de sacs par jour, achetés essentiellement par des magasins et groupes hôteliers basés à Bali. Mais le prix - 30 centimes d'euros de plus que les sacs plastiques - est dissuasif, d'autant plus qu'"il n'y a aucune aide publique dédiée à la réduction des déchets en plastique", reconnaît un responsable du ministère de l'Environnement. 
Kuta beach, Bali, Indonésie, le 19 décembre 2016
Selon lui, les autorités projettent d'instaurer une obligation pour les magasins de faire payer aux consommateurs les sacs en plastique conventionnels, de quoi freiner la quantité astronomique de déchets déversés dans les océans et les fleuves. Après la Chine, l'Indonésie est le pays qui rejette la deuxième plus grosse quantité de plastique dans l'océan.
Au niveau mondial, les océans pollués contiendront bientôt plus de plastique que de poissons si des mesures ne sont pas prises d'urgence, avaient averti 40 des plus grands groupes industriels mondiaux en marge du forum de Davos, en janvier dernier. 



Enregistrer un commentaire